Christianophobie chez les Lgbt

Ils revendiquent le respect de leurs différences, ils veulent toujours plus de droits, ils s’érigent contre toutes discriminations à leur égard, ils pleurent médiatiquement dès qu’ils se voient moqués, et ils se moquent des catholiques !

En ce temps de GayPride institutionnalisées au niveau mondial par des gouvernements aux ordres de l’idéologie gaystapiste, les orgueilleux Lgbt en Italie se sont surpassés dans les actes blasphématoires ! Ils ont le goût du sacrilège…

Pour faire de la publicité pour cet événement qui expose sur la place publique les turpitudes de certains individus en mal de notoriété, l’association LGBT Omphalos de la ville de Perugia a usé d’une image blasphématoire de la Vierge Marie représentée sous les oripeaux d’une drag queen. La ville de Perugia, après la vive indignation suscitée par cette publicité offensante pour tous les catholiques, a quand même fini par retirer son parrainage à l‘association organisatrice du défilé homosexualiste.

Vengeance ? Volonté de nuire ? De choquer ? A peine conclu ce cortège d’exhibitionnistes, au cours d’une fête arc-en-ciel organisée par la même association LGBT Omphalos de Perugia, les protagonistes Lgbt récidivent dans la provocation blasphématoire : en chair et os masculins revoilà une représentation d’une Madonne revêtue en drag queen, comme dans la publicité incriminée. Les photographies sont visibles sur la page Facebook Be queer !

Christianophobie chez les Lgbt

Les membres de Omphalos revendiquent pour expliquer leur geste, la liberté d’expression et de ne pas être discriminés. Pourtant ce sont les mêmes qui traînent devant les tribunaux l’avocat italien du Family Day (association de défense de la famille traditionnelle), maître Simone Pillon, en lui demandant 400 mille euros de dommages et intérêts, parce que ce dernier a mis en garde publiquement les parents sur les risques de la théorie du genre enseignée à l’école ! Voilà une liberté d’expression à géométrie variable selon votre « orientation sexuelle »…

D’un côté, pour ces modèles de vertu, doit être respectée une supposée la liberté d’expression qui se moque du sacré et insulte des millions de catholiques mais de l’autre côté ces mêmes personnes qui accomplissent de tels gestes sacrilèges interdisent aux autres d’exprimer la moindre contrariété face à l’idéologie du genre.

Si ce n’est pas de la violence que tout cela !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? Medias-Presse-Info est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !