Élections municipales en Italie : le maire immigrationniste de Lampedusa perd son fauteuil

C’était jour d’élection hier aussi en Italie. Les transalpins allaient aux urnes pour élire leurs nouveaux maires.

Un signal fort contre l’actuelle politique immigrophile du gouvernement italien a été donné par les habitants de l’île de Lampedusa, une des premières destinations des migrants méditerranéens.

Malgré le soutien inconditionnel du pape François et de l’ancien président des États-Unis, Barak Obama, malgré son Prix Nobel pour la paix qui lui fut donné par l’Unesco, la mairesse sortante, Giusi Nicolini, membre du Parti Démocrate, très bobo-gaucho, perd son fauteuil. Les Lampédusiens l’ont rejetée et sa politique d’accueil à outrance avec.

Élections municipales en Italie : le maire immigrationniste de Lampedusa perd son fauteuil

Le nouveau maire, Salvatore Martello, a déjà prévenu :

« Maintenant concernant l’accueil, cela va changer. »

Salvatore Martello, chef de son parti Movimento Susemuni (Levons-nous), qui a gouverné l’île dans les années 90’, a obtenu 40,3 % des voix. Giusi Nicolini, la championne des migrants, n’a recueilli que 24,28 % des voix et arrive en troisième position. Elle n’a pas réussi à convaincre ses concitoyens de la bonté de sa ligne immigrationniste : les Lampédusiens, fatigués des débarquements continuels, -plus de 2000 migrants ces deux derniers jours- l’ont recalée.

Le nouveau maire est sur le sujet migratoire beaucoup plus ferme :

<

blockquote>

<

p style= »text-align: justify; »>« Maintenant c

Cet article vous a plu ? Medias-Presse-Info est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !