Missing image

Le cardinal Pell, inculpé pour agressions sexuelles, se met en congé du Vatican pour se défendre dans son pays

Australien de naissance, le cardinal Pell est depuis 2004 l’argentier du Vatican, c’est-à-dire le responsable des affaires économiques du Saint-Siège.

Accusé de « sévices sexuels » dans son pays et inculpé jeudi 29 juin pour abus sexuels sur mineurs par la police australienne, il a demandé un congé de son poste qui lui a été accordé par le pape François. Le cardinal a décidé de rentrer en Australie pour y assurer sa défense : il est accusé d’avoir abusé de deux enfants de chœur après une messe à la cathédrale quand il était archevêque de Melbourne, de 1996 à 2001. C’est le plus important responsable de l’Église catholique à être ainsi formellement mis en cause pour des faits de pédophilie.

Au cours d’une conférence de presse, ce matin, dans la salle de presse du Vatican, il a réaffirmé son innocence :

« Je suis innocent de ces accusations. Elles sont fausses. L’idée même d’abus sexuels me révulse.»

Il évoque aussi une « diffamation implacable« .

Il rentre en Australie « pour avoir l’occasion de laver mon nom .»

 « Le Saint-Père, qui a apprécié l’honnêteté du cardinal Pell pendant ses trois ans de travail au sein de la Curie romaine, est reconnaissant pour sa collaboration, et en particulier pour son dévouement énergique en faveur des réformes dans le secteur administratif et économique (…)« ,

affirme le Vatican dans ce communiqué.

« Le Saint-Père lui a accordé une période de congé pour qu’il puisse se défendre », et « durant l’absence du préfet, le Secrétariat pour l’économie continuera à assumer ses propres compétences institutionnelles ».

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? Medias-Presse-Info est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Print Friendly