Missing image

Le pape François et Angela Merkel communient à la même idéologie immigrationniste !

Si les protestants et les catholiques ne communient pas encore à la même table comme il en rêve, le pape François doit quand même se réjouir de la communion idéologique qui l’unit à la protestante au pouvoir en Allemagne, fille d’un pasteur communiste, Angela Merkel.

Hier 17 juin, El papa argentin a reçu dans le Palais apostolique, la chancelière allemande pour une rencontre qui a été, selon la salle de presse du Vatican, « cordiale ». Comme toujours dirons-nous quand François se trouve en compagnie de personnes avec qui il est en symbiose idéologique ou en tractation…

Je vous laisse imaginer de quoi ont parlé ces deux personnalités. Un indice : il n’est pas nécessaire d’être grand clerc pour deviner, c’est le sujet de prédilection de François… Eh oui ! Des migrants et de la nécessité d’abattre les murs ! Pas les murs de vos maisons s’entend, bien qu’à la vitesse actuelle où progresse l’invasion migratoire, ceux-ci risquent de s’écrouler sous la poussée de envahisseurs. Il s’agit concrètement des murs, barrières, portes closes que certains pays érigent pour empêcher la submersion de leur territoire par toute la misère du monde. Il s’agit aussi, abstraitement, des murs de protection intellectuelle que certains hommes libres dressent dans leur tête pour ne pas succomber à la pensée unique immigrationniste, réchauffiste, européiste, mondialiste qui domine la planète, pape François et dame Merkel en tête.

Les migrants n’ont pas été en effet le seul thème abordé sur lequel les deux sont tombés d’accord. Ils sacrifient l’un et l’autre à la thèse du réchauffement climatique et ont donc regretté à l’unisson le rejet de l’accord de Paris par Donald Trump, qui peut être considéré comme une victoire pour les climato-sceptiques. Ils ont évoqué aussi la prochaine réunion des 20 grandes puissance de ce monde, le G20, qui aura lieu à Hambourg en juillet et qui dans l’optique de l’Allemagne devra engendrer un effort pour un monde multilatéral, ce qui signifie en langage clair tendre toujours davantage vers un monde uniforme globalisé gouverné par des organismes technocratiques mondiaux soumis à quelques grandes puissances mondiales, financières ou étatiques, tout en faisant croire hypocritement aux petits pays qu’ils sont partie prenante et active dans le processus. Processus d’ailleurs en phase avec les officines maçonniques puisqu’il concourt à établir la démocratie mondiale, le marché global et la diffusion de l’idéologie des droits de l’homme à l’échelle mondiale.

Le Pape François et Angela Merkel communient à la même idéologie immigrationnsite, destructrice de l’identité des peuples européens et cheval de Troie du mondialisme apatride.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? Medias-Presse-Info est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !