Mgr Luc Ravel, archevêque de Strasbourg, dénonce « le Grand remplacement » lié aux avortements

Mgr Ravel, archevêque de Strasbourg depuis seulement le 16 février 2017 brave sans complexe la dictature de la pensée prégnante, il n’hésite pas à parler du « Grand remplacement » sur fond de « déclin démographique de l’Europe », « une formule dont l’extrême droite fait son miel » s’indigne les Dernières nouvelles d’Alsace.

Suite aux attentats de Janvier à Paris Mgr Ravel, alors évêques aux Armées avait dénoncé dans le mensuel catholique d’information des Armées, les «terroristes de la pensée, prescripteurs de la laïcité, adorateurs de la République», par lesquels il opposait les 17 victimes du terrorisme aux 200 000 victimes de l’IVG. Ce qui lui a valu de la part du ministère de la Défense « de faire ôter son logo de la revue quelques semaines plus tard. » « Est-ce que je l’aurais écrit autrement hors contexte ? Certainement! » affirme-t-il., mais de toute évidence sans rien regretter. Il faut dire que Mgr Ravel est le fils du général Roger Ravel.

 » Mgr Ravel a fait partie de commission doctrinale au sein de la Conférence des Évêques de France, poursuit l’article des Nouvelles d’Alsace, il est fidèle à la position officielle de l’Eglise: l’avortement est un homicide. «L’avortement n’est pas seulement concédé mais promu», déplore Mgr Luc Ravel, « C’est une promotion et ça, je ne peux pas l’accepter, pas que pour une question de foi mais parce que j’aime la France», dit-il. « Ca ne me pose aucun problème, moi qui suis métissé, qu’il y en ait d’autres qui viennent, mais laissons la vie couler avec générosité, c’est l’indice le plus sûr de la force d’une nation et d’une civilisation, c’est très lié. »  

En effet du côté paternel l’archevêque est à la fois d’ascendance martiniquaise  et réunionnaise.  Ce qui n’en fait pas un étranger, ni un musulman… D’ailleurs il ajoute  «Les croyants musulmans le savent très bien que leur fécondité est telle qu’aujourd’hui, comment ils appellent ça ?… Le Grand Remplacement, ils vous le disent de façon très calme, très positive, “mais de toute façon, un jour tout ça, ça sera à nous…». Mais il concède en signe d’espérance, que peut-être l’Histoire tranchera autrement.

On l’aura compris, Mgr Ravel n’a pas repris le refrain de la conférence des Evêques de France pour encenser la ministre Veil qui sous Valérie Giscard d’Estaing, Président, et sous son Premier ministre Jacques Chirac, avait enclenché en 1975 l’engrenage de l’avortement en France par la loi qui porte son nom.

Mgr Luc Ravel, archevêque de Strasbourg, dénonce « le Grand remplacement » lié aux avortements

« Monseigneur » Luc Ravel est polytechnicien et ingénieur diplômé de l’École nationale supérieure du pétrole et des moteurs. Il a poursuivi des études de philosophie et de théologie à l’abbaye Saint-Pierre de Champagne, en Ardèche et à l’université de Poitiers.

Il prononce sa profession solennelle le  chez les chanoines réguliers de Saint-Victor, ordre affilié à la confédération des chanoines réguliers de saint Augustin, et est ordonné prêtre le . Extrait de sa fiche biographique

 

Cet article vous a plu ? Medias-Presse-Info est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !