Nouvelle confirmation de l’authenticité du Saint Suaire de Turin

Dans l’Antiquité, la coutume des Juifs était de mettre une pièce de monnaie dans l’orbite des personnes qui étaient ensevelies. Depuis 1978, l’analyse du Saint Suaire montrait que le corps de Jésus le crucifié avait bénéficié de cette coutume. Par l’image tridimensionnelle il a été déterminé que la pièce de monnaie déposée sur l’œil gauche portait ces lettres écrites en grec : TIBERIOY KAICAPOC (Tiberius Caesar).

Le 18 avril dernier sur la radio belge RCF, un numismate spécialiste en monnaie ancienne, le Dr Agostino Sferrazza a expliqué ses recherches afférentes à l’image de l’œil droit. Il l’a rapprochée d’une monnaie romaine gravée d’une crosse ressemblant à un point d’interrogation correspondant aux caractéristiques découvertes sur le Suaire. Chez les Étrusques, le lituus était un bâton terminé par une crosse qui servait pour les rites sacrés ; notamment pour le bornage des temples et déterminer les augures. De là proviendrait la crosse des évêques et le mot de « liturgie ». Mais surtout sur cette monnaie est inscrit le nom de Lentulus. C’était un consul romain qui était en Palestine vers les 26 après Jésus Christ. Ponce Pilate était gouverneur de Judée entre l’an 26 et 36. Le Christ a été crucifié en  l’an 33. Cette pièce de monnaie en cuivre est un lepton de peu de valeur à l’époque ; il était en usage du temps du Christ en Palestine. L’expert en date la confection vers l’an 29 après J.C et déclare avoir a fait cette découverte le Vendredi saint dernier.

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? Medias-Presse-Info est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Print Friendly