Cardinal Burke : les restrictions imposées par le pape François concernant les messes en latin ont eu « exactement l’effet inverse »

Le cardinal Burke, qui célèbre régulièrement la messe tridentine, a déclaré que les congrégations participant aux liturgies traditionnelles « deviennent de plus en plus grandes », avec « des personnes de tous âges », y compris beaucoup de jeunes familles avec de nombreux enfants.

Le cardinal Raymond Burke a noté que malgré les restrictions de François sur la liturgie traditionnelle, la fréquentation du rite traditionnel « devient de plus en plus grande » car le rite fait « partie intégrante de la vie de l’Église ».

“Cette forme du rite romain a été une bénédiction extraordinaire à travers tant de siècles”, a déclaré le cardinal américain à propos de la liturgie traditionnelle.

Il a noté que selon Traditionis Custodes, publié par François en juillet 2021, la célébration de la messe latine « est devenue de plus en plus difficile en raison de la nouvelle législation en la matière ». Cette restriction, a déclaré le cardinal Burke, “crée de nombreuses difficultés pour la célébration selon l’Usus Antiquior, selon l’usage plus ancien du rite romain”.

S’adressant au groupe catholique italien Fede e Cultura la semaine de Pâques, le prélat de 75 ans a largement commenté l’attrait durable de la messe traditionnelle pour les catholiques de tous âges.

« D’après ce que je vois en visitant directement diverses parties du monde, et aussi d’après ce que j’entends, cette liturgie, cette forme de liturgie sacrée, avec toute sa beauté et avec sa manière de refléter la richesse, la profondeur de notre foi, continue d’attirer, comme c’est facilement compréhensible, beaucoup de personnes. »

Le cardinal Burke a ajouté que la taille des congrégations maintenant la liturgie traditionnelle ne cesse de croître.

Depuis Traditionis Custodes, le pape François et le préfet résolument anti-traditionaliste de la Congrégation pour le culte divin, le cardinal Arthur Roche, ont mis en œuvre un certain nombre de mesures restrictives successives sur la liturgie ancienne.

Mais le cardinal Burke a attesté que si l’intention de tous ces textes était de « diminuer l’attrait » de la liturgie traditionnelle, cela avait « exactement l’effet inverse ». Le cardinal a déclaré :

« Cela ne devrait pas surprendre, il faut penser qu’une forme du rite romain qui a si profondément nourri et produit tant de saints, les saints déclarés, voire disons cachés, il n’est pas possible que ce rite soit annulé, qu’il soit éliminé de la vie de l’Église. »

« Cette forme de rite fait partie intégrante de la vie de l’Église », a-t-il conclu.

Les critiques du cardinal Burke à l’égard des restrictions de Traditionis Custodes sont constantes. Écrivant immédiatement après la publication du document, il l’a qualifié d’« action révolutionnaire ».

Il a souligné que la liturgie traditionnelle ne peut pas être exclue de « l’expression valable de la lex orandi ».

« Il s’agit d’une réalité objective de la grâce divine qui ne peut être modifiée par un simple acte de volonté, même de la plus haute autorité ecclésiastique », écrivait le cardinal en 2021.

Léo Kersauzie

L’article Cardinal Burke : les restrictions imposées par le pape François concernant les messes en latin ont eu « exactement l’effet inverse » est apparu en premier sur medias-presse.info.

Cet article vous a plu ? Medias-Presse-Info est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Print Friendly, PDF & Email