Espagne – #christianophobe sur twitter en libre circulation : « Brûler les prêtres »

Twitter à la « haine » sélective : il y a celle que le réseau social s’empresse de censurer même si ce n’est que l’expression d’une pensée politique anti-immigration ou souverainiste, et il y a celle qui peut se répandre comme traînée de feu, sans qu’aucune des consciences morales universelles embauchées par Twitter n’intervienne.

En Espagne, une campagne avec le #Fuegoalcero (Brûler les prêtres) a eu la belle vie sur twitter pendant plusieurs jours. Elle coïncide avec la discussion sur la loi Celaá, qui vise à limiter les écoles paritaires, en particulier catholiques, et l’enseignement de la religion. Les dirigeants espagnols des réseaux sociaux  n’interviennent pas malgré de nombreuses plaintes et le peuple chrétien a alors réagi avec le #Yoapoyoalclero (. La gauche tente de recréer le même climat de guerre civile dans lequel plus de 4 000 prêtres ont été tués. En cinq ans, depuis Podemos, les attaques se sont multipliées par sept contre des églises et des chrétiens.

À un moment où les plateformes de médias sociaux se vantent de prendre des mesures audacieuses pour supprimer les « discours de haine » et la « désinformation », le site d’information catholique Crux a rapporté lundi que Twitter avait autorisé la publication de ces milliers de tweets appellant tout bonnement à « brûler le prêtre »en Espagne.

Crux a expliqué que « le hashtag a commencé comme une campagne menée par des comptes Twitter marxistes pour soutenir les réformes éducatives espagnoles qui donneraient au gouvernement plus de contrôle sur l’instruction religieuse dans les écoles publiques et limiteraient le financement des établissements d’enseignement catholiques.

« Cependant, le sujet tendance était accompagné d’appels à incendier des églises parce que ‘la seule église qui illumine est celle qui est en flammes’, signée par ‘les filles des sorcières que vous ne pouviez pas brûler’ », rapporte Crux.

« Mardi soir, Twitter n’avait rien fait contre les tweets, malgré des milliers d’utilisateurs se plaignant que le hashtag incitait à la haine et à une violation directe des règles de l’entreprise contre ‘la violence, le harcèlement et d’autres types de comportement similaires’ », poursuit le rapport.

L’une des images republiées par Crux était une caricature de prêtres catholiques avec leurs têtes transformées en boules de feu. D’autres observateurs ont repéré des photoshops de prêtres en feu, associés à des slogans tels que « Quiconque veut un prêtre devrait le payer » et « Non au financement public de l’Église catholique ou de toute autre religion ». Les messages de #FuegoAlClero ont accusé les prêtres catholiques d’être des « pédophiles », des « homophobes » et des « voleurs ».

Les utilisateurs espagnols de Twitter, y compris de nombreux non-catholiques, se sont demandé comment le hashtag brûlant des prêtres pouvait être toléré par la plate-forme de médias sociaux, qui use ostensiblement de règles strictes contre les discours haineux et les incitations à la violence. Les critiques ont noté que #FuegoAlClero n’était pas l’affaire de quelques têtes brûlées qui se déchaînaient dans les confins les plus éloignés de l’Internet; c’est devenu un « sujet tendance », l’un des hashtags les plus populaires d’Espagne.

Mercredi, un autre hashtag en faveur des prêtres catholiques, #YoApoyoAlClero (« Je soutiens le clergé ») est devenu un sujet d’actualité sur le twitter espagnol. Les messages sous ce hashtag ont célébré le clergé catholique pour ses œuvres caritatives dans le monde entier, ont dénoncé #FuegoAlClero pour son sectarisme et critiqué le PDG de Twitter Espagne, Nathalie Picquot, pour avoir laissé le hashtag « brûler des prêtres » évoluer.

Les critiques de #FuegoAlClero en Espagne ont notamment souligné la censure par Twitter des tweets du président américain Donald Trump et son implication pour supprimer les informations nuisibles à l’opposant de Trump, Joe Biden, comme preuve de l’hypocrisie de la plateforme de médias sociaux. Beaucoup ont également rappelé un hashtag précédent, #MataraAbascal, qui avait été autorisé à évoluer sur Twitter même s’il appelait à l’assassinat d’un homme politique, le chef du parti Vox, Santiago Abascal.

Les catholiques espagnols ont de mauvais souvenirs des communistes assassinant et mutilant des milliers de prêtres et de moines pendant la Terreur rouge des années 1930, lorsque des églises ont été incendiées et que le gouvernement a refusé d’intervenir. Beaucoup de victimes ont été béatifiées en tant que saints par l’Église catholique. Le symbolisme des groupes marxistes faisant circuler des caricatures de prêtres en feu est particulièrement scandaleux pour les catholiques espagnols à la lumière de cette terrible histoire. 

Mais pour twitter, les catholiques sont des citoyens de seconde zone !

Francesca de Villasmundo

 

 

L’article Espagne – #christianophobe sur twitter en libre circulation : « Brûler les prêtres » est apparu en premier sur medias-presse.info.

Cet article vous a plu ? Medias-Presse-Info est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Print Friendly, PDF & Email