Jean Sévillia au sujet des procureurs contre l’Eglise : protestants, révolutionnaires, scientistes, marxistes, matérialistes,…

Extrait d’un entretien au Figaro Magazine

LE FIGARO MAGAZINE. – Depuis quand l’Église catholique est-elle, pour reprendre votre expression, «en procès»? Qui en furent les premiers procureurs?

Jean SÉVILLIA. – À s’en tenir aux temps modernes, la polémique contre l’Église catholique occupe une grande place, dès le XVIe siècle, chez les théologiens protestants qui recourent notamment à des arguments historiques en critiquant les Croisades, l’Inquisition, la colonisation espagnole et portugaise dans le Nouveau Monde, le rôle et le faste de la cour pontificale, etc. Le même argumentaire est ressorti, actualisé, par les penseurs des Lumières au XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, le rationalisme, le scientisme et les théoriciens des courants d’idées issus de la Révolution française se conjuguent pour mener un combat frontal contre l’Église, accusée de complicité avec l’ancien monde. Là encore, des pages entières de l’Histoire nourrissent la controverse ; il en sera de même au XXe siècle avec les partisans du matérialisme, du marxisme…

Cet article vous a plu ? Medias-Presse-Info est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Print Friendly, PDF & Email