Les invités spéciaux au Synode sur l’Amazonie : fraternels, mondialistes, malthusiens, écolo-catastrophistes

Jeffrey D. Sachs

Réunion synodale aux visées messiano-mondialistes, tel est ce Synode sur l’Amazonie.

Par les thèmes traités : l’urgence environnementale et climatique universelle pour sauver la ‘planète Terre’, la défense de la nature et de la Maison commune devenue la mission première de l’Église post-concile bergoglienne rêvant d’un nouvel Eden terrestre dont l’Amazonie serait une image en passe d’être détruite à cause des méchants blancs colonisateurs et profiteurs, la protection, au nom d’une évangélisation à « l’option préférentielle » marxiste, syncrétiste et inculturée, des us et coutumes d’indigènes sans péché originel, y compris sans le nommer l’infanticide –tradition d’ailleurs qui ne peut déplaire aux ayatollahs verts qui prônent la stérilisation et l’avortement (forme d’infanticide) pour réduire « l’impact carbone » de l’humanité sur le climat.

Les invités spéciaux au Synode sur l’Amazonie : fraternels, mondialistes, malthusiens, écolo-catastrophistes
Hans Joachim Schellnhuber, founding director of the Potsdam Institute for Climate Impact Research

Par les « invités spéciaux » mondialistes, malthusiens, écolo-catastrophistes auxquels a fait appel le pape François dont les plus connus sont : le Coréen Ban Ki-Moon, ancien secrétaire général des Nations-Unies, le Brésilien Carlos Alfonso Nobre, récipiendaire du Prix Nobel de la Paix 2007 au titre du très politiquement correct GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), l’éco-économiste malthusien Jeffrey D. Sachs, ‘pape’ du concept de réchauffement climatique, partisan du contrôle de la population par l’avortement légal, un des 100 leaders les plus influents au monde et ‘dieu’ de la finance et de la globalisation nomade et apatride, et le scientifique du climat aux thèses catastrophistes, l’allemand Hans Joachim Schellnhuber, ni catholique ni croyant mais membre ordinaire de l’Académie pontificale des sciences, présentateur officiel de l’encyclique bergoglienne Laudato Si, autre leader influent sur les politiques mondiales du contrôle de la population (par l’avortement et la stérilisation) pour limiter la croissance de la population mondiale,  mondialiste du climat, partisan d’une autorité globale dotée de pouvoirs pour empêcher le réchauffement.

On peut rajouter parmi ces invités spéciaux d’El papa argentin, « six délégués fraternels » représentants d’Églises presbytérienne, évangéliques et anglicanes d’Amérique du Sud.

En somme que du beau monde issu de l’ultra-select establishment financier, messianiste et mondialiste ! Ce “pape des pauvres ” a décidément de drôles d’amis très riches et très puissants…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? Medias-Presse-Info est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Print Friendly, PDF & Email